Combien ou comment ? Les femmes canadiennes dans les récits scolaires et dans la mémoire collective, rétrospective des recherches depuis 1980

Marie-Hélène Brunet

Abstract


L’histoire des femmes peine toujours à faire sa place dans la mémoire collective et dans l’enseignement de l’histoire au Canada. Le présent article propose une courte recension des écrits publiés depuis 1980 à ce sujet. Si certaines recherches ont posé la question à savoir « combien » de femmes étaient présentes dans les récits, c’est surtout le « comment » qui a intéressé les chercheuses et les chercheurs. Les études, provenant des départements d’histoire et des facultés d’éducation, ont porté sur trois aspects : la mémoire collective, les manuels scolaires et la compréhension des élèves du rôle des femmes dans l’histoire. Malgré la très lente évolution de la représentation des femmes dans la trame narrative de l’histoire canadienne, l’analyse des recherches sur cette question permet un regard critique sur la construction des récits historiques et mène à une réflexion nécessaire sur les événements commémoratifs récents.

 

Women’s history is still waiting to gain more place in collective memory and history teaching in Canada. This article provides a brief review of the literature published since 1980 on this topic. While some research has posed the question of "how many" women are present in the narratives, "how they are represented" was the focus of most researchers. Studies from history departments and faculties of education concentrated on three aspects: collective memory, textbooks, and student understanding of women’s agency. Despite the very slow evolution of the representation of women in the narrative framework of Canadian history, this paper allows a critical perspective at the construction of historical narratives and leads to a necessary closer look on recent commemorative events.


Keywords


Manuels; Histoire; Enseignement; Femmes; Genre; Mémoire collective; Gender; Textbooks; History education; Women

Full Text:

PDF


Copyright (c) 2018 Marie-Hélène Brunet

hse/rhe